En ce moment de crise, l’ancien monde de violence (physique, économique, sociale, médiatique, interpersonnelle, religieuse, de genre) est en train de donner – nous l’espérons – ses derniers coups avec une inquiétante orientation raciste et fasciste qui touche de nombreux pays et qui s’accroît avec la désinformation des médias au service d’une élite corporative et centralisatrice, qui recourt à tous les moyens pour préserver son pouvoir.

Le nouveau monde s’exprime et se développe à travers les nombreux mouvements créatifs, spontanés, non violents et horizontaux qui ont fait irruption dans le paysage social ces derniers temps. Ils correspondent à une nouvelle sensibilité qui se développe surtout chez les jeunes, mais qui renoue avec les expériences les plus inspirantes du passé, reconnaît la contribution de ceux qui luttent depuis longtemps pour la paix, les droits humains, l’environnement, la non-discrimination, etc. et accueille et valorise la diversité. Cependant, le nouveau monde reste fragile, fragmenté et exposé à des défaites et des échecs peut être inévitables en cette période de transition.

Pour cette raison, il est essentiel de créer un réseau international de journalistes indépendants et de militants qui, sur la base des expériences déjà faites dans plusieurs pays, s’étend et trouve des formes de soutien mutuel, des solutions à des problèmes communs, la participation à des campagnes déjà en cours ou le lancement de nouvelles. La décision de créer un réseau dans lequel interagissent journalistes indépendants et militants découle de la prise de conscience de l’entraide qui peut exister entre eux : les journalistes ont besoin de sources directes et fiables pour contrer la désinformation, les fausses nouvelles, les informations manipulées ou biaisées, et les militants ont besoin de médias en qui ils peuvent avoir confiance et qui rapporteront adéquatement leurs points de vue et leurs activités. De plus, plusieurs médias indépendants peuvent collaborer en partageant des articles, des vidéos, des reportages photos, ce qui leur donne une diffusion plus large qu’ils ne peuvent le faire seuls, et les militants peuvent se renforcer mutuellement en soutenant leurs actions, ou en créant des moments qui mettent en évidence la relation entre les différentes questions qu’ils traitent.

Participants :

Pía Figueroa, Pressenza

Contact :

Anna Polo

Promoteurs :

Pressenza

Mediattivisti

Programme :

La table de travail “Réseau entre journalistes indépendants et militants” qui se tiendra le samedi 6 juin 2020 dans le cadre du Forum Humaniste Européen à Rome veut être un pas dans cette direction, en créant un espace d’échange, de discussion et de propositions pour l’avenir. Elle aura un style paritaire et horizontal, avec une brève présentation de chaque participant et un échange général qui, en fonction du nombre de personnes, pourra se dérouler en plénière ou être divisé en groupes qui abordent des thèmes d’intérêt commun.

L’aspiration pour cette journée est non seulement d’arriver à une meilleure connaissance et à des échanges mutuels, mais aussi de repartir avec des propositions partagées pour l’avenir et des projets à développer ensemble.