MANIFESTE HUMANISTE POUR L’EUROPE

Le 27 Novembre, 2004

L’Europe des cultures, l’Europe de la diversité, l’Europe solidaire

L’Europe n’est pas un peuple.  L’Europe n’est pas non plus une unité socio-économique fermée et immobile.  L’Europe ne doit pas devenir une forteresse à l’intérieur de ses frontières.

Les humanistes considèrent l’Europe comme l’héritière des apports des nombreux peuples et cultures qui se sont côtoyés sur son territoire commun. Les métissages et les interactions ont permis d’avancer et d’amplifier l’horizon de l’esprit humain.

Notre histoire est un va et vient d’influences, d’invasions, de guerres, de moments d’obscurantisme, mais aussi de développement humain et social très important.

L’Europe a envahi et conquis, elle a été envahie et conquise à son tour. Mais pendant qu’elle colonisait, elle apprit aussi des peuples qu’elle prétendait soumettre.

Si l’Europe a connu la douleur et la souffrance, elle a également gardé les trésors de la connaissance qu’elle a su étendre et projeter vers le firmament, donnant lieu à la science, à l’art et au développement humain.

Chutes et rechutes, suivies de reconstructions, nous ont appris à nous donner la main et à la tendre aux autres.

Regardons les choses en face: nous avons progressé lorsque nous avons regardé l’autre non pas comme un ennemi mais comme un frère. Le Oui des siècles s’accumule et gagne en puissance pour éclairer nos pas.

Aujourd’hui, à l’aube d’un monde nouveau, l’Europe converge et le Oui latent de ses peuples se prépare à produire un saut comme jamais il ne le fit dans l’histoire. Mais il existe aussi le Non des intérêts mesquins qui obscurcissent le futur.

Le Oui des peuples d’Europe parie sur un futur ouvert et différent, pour ce qui est nouveau et qui enrichit ; pour la nouvelle Europe qui est en train de naître.

Le Non des intérêts mesquins veut soumettre à nouveau, réduire l’amplitude et la diversité, rétrécissant notre espace commun, l’Europe, à un espace fermé où le matérialisme stupide et cruel détient l’envol de l’esprit humain.

Le Non parie sur le pouvoir hégémonique détenu par quelques uns.

Le Oui parie sur la mosaïque des peuples et des cultures et sur une Nation Humaine Universelle qui se fraie le chemin.

Aujourd’hui, comme à d’autres époques, des personnes et des peuples viennent en Europe des quatre coins de la planète, vivent ensemble et aspirent à un futur commun. Ils se sont installés sur ces terres froides et inhospitalières, aux sombres glaces et montagnes enneigées, ces terres aux vallées fertiles où le soleil baigne les jours.

L’Europe, à cette croisée de chemin, sera-t-elle capable de faire surgir le meilleur d’elle-même? Sera-t-elle capable d’apprendre une fois de plus, d’unir des volontés et des efforts et de produire un nouveau saut dans son histoire?

Les humanistes parient sur une Europe ample et diverse, une Europe aux portes ouvertes, une Europe qui s’enrichit et enrichit le savoir humain, une Europe qui lutte en faveur du futur, ouvrant les portes de l’avenir à tous, une Europe qui va de l’Atlantique à la mer Caspienne.

Demandons-nous aujourd’hui: Qui sommes-nous? Qu’est ce que l’Europe?

Nous ne sommes pas un produit de marketing

Nous ne sommes pas une force froide et calculatrice qui a soif de pouvoir

Nous ne sommes pas une machine parfaite

Nous ne sommes pas la culture dominante

Nous ne sommes pas des guerriers barbares, pilleurs de trésors et de terres.

Nous sommes un ensemble de peuples, dégoûtés par les guerres fratricides, qui avons décidé de marcher ensemble.

Nous sommes des peuples qui nous aventurons pour connaître et parcourir d’autres cultures et l’histoire nous a montré qu’il est préférable de tendre la main plutôt que de croiser le fer, que le dialogue est meilleur que la domination.

Nous sommes l’héritage de cultures millénaires.

Nous sommes le passé mais aussi le futur.

Nous sommes cette impulsion humaniste qui trouve ses racines profondément ancrées dans le passé et qui aujourd’hui renouvelée, lutte à nouveau pour s’exprimer dans le monde.

Aujourd’hui, face au futur vibrant où s’ouvrent deux chemins, nous exprimons notre engagement et notre aspiration à nous acheminer vers la Nation Humaine Universelle qui est en train de naître.

Nous rejetons toute forme de violence, physique, économique, raciale, religieuse, morale et psychologique.

Nous rejetons toute forme culturelle qui vide l’être humain de son essence et le convertit en simple objet.

Nous nous rebellons face à la tyrannie de ce système déshumanisant qui, bien au-delà de la fantasmagorie triomphale de quelques uns, enfonce des millions de personnes dans la misère sociale, morale et spirituelle.

Nous revendiquons la nécessité de lutter pour un futur juste et non-violent, non seulement pour nous mais aussi pour toutes les populations qui habitent et qui rejoignent notre espace commun.

Nous reconnaissons l’échec d’une civilisation fondée sur la violence et nous nous disposons à construire une nouvelle civilisation humaine basée sur le principe moral suivant:

Lorsque tu traites les autres comme tu veux qu’ils te traitent, tu te libères.

Nous aspirons à ce que les habitants d’Europe dédient leurs meilleurs efforts en faveur des autres peuples.

Nous nous compromettons aujourd’hui, toi et moi, nous, à exprimer et à transmettre ces idées aux autres.

Ces idées, ces mots, sont aussi un sentiment. Un sentiment qui vient du plus profond et une sensibilité qui crie avec force et de façon catégorique:

Oui à l’Europe ouverte, oui à l’Europe des cultures, oui à l’Europe des temps nouveaux.

This slideshow requires JavaScript.